Le chêne mystique du Mont Ventoux, Vaucluse

Le département du Vaucluse est assurément une terre à chênes… mais à chênes pubescents par sa situation méditerranéenne. Le plus illustre de ses Quercus est le splendide chêne de Murs (6,25m de circonférence en 2016) étalant son gigantesque houppier au-dessus de la petite route menant au village.
L’inventaire réalisé par le CAUE du Vaucluse a mis en évidence une densité de vieux chênes multi-centenaires incroyable, probablement sans équivalent en France. Ces arbres remarquables sont rarement en forêt mais plutôt situés près des Mas et des Châteaux.
Mais certains prennent une toute autre dimension. Ils ont une telle prestance, une aura singulière qui fascine la population locale. Ils dégagent une force magnétique puissante et attirent tous ceux qui souhaitent en bénéficier, ce sont des Arbres Maîtres (comme le décrit si bien Monique Mathieu au sujet du chêne de Tombeboeuf, 82).
Au pied du Ventoux, il en est un aux dimensions spectaculaires particulièrement vénéré.
Sa localisation précise restera volontairement masquée…

Lire la suite

Share Button

Le gros érable champêtre de Saint-Just-Ibarre (Pyrénées-Atlantiques)

Yves Manusset nous fait partager une superbe découverte, un érable champêtre hors-normes, 5.40 m de tour, qui confirme l’extraordinaire patrimoine arboricole du Pays Basque et découvrir le potentiel de cette essence !

[Voici] quelques images de l’érable dans une prairie (…) au bord d’un chemin depuis pas très longtemps goudronné, menant vers le pic du Belchou. Il parait vigoureux, en bonne santé malgré quelques branches cassées mais vivantes et du champignon au pied. Lire la suite

Share Button

Arbre Européen de l’Année, édition 2017

Comme chaque année, vous pouvez voter pour vos deux arbres européens favoris, dans le cadre du concours de l’arbre de l’année (Tree of the Year ou TOY pour les amateurs d’acronymes!).

Le vote se déroule par internet sur le site du concours et est ouvert jusqu’au 28 février 2017. Les résultats seront annoncés lors de la cérémonie de remise des prix à Bruxelles, le 21 mars.

Le concurrent français est un zamana Martiniquais

Le zamana du parc de l’Habitation Céron

Le zamana, ou arbre à pluie, servait autrefois à abriter les plantations de caféiers et de cacaoyers. Le zamana du parc de l’Habitation Céron (une ancienne exploitation sucrière créée au XVIIe siècle), est répertorié comme étant l’un des plus gros arbres des petites Antilles. Un arbre protecteur qui bénéficie d’une indulgence de la part des éléments : il a survécu à tous les cyclones ainsi qu’à l’éruption volcanique mortelle de la montagne Pelée en 1902.

 

Share Button

Ciné rencontre « DES RACINES ET DES HAIES » , Azay-le-Brûlé (Deux-Sèvres)

Toujours aussi actif pour la défense de l’arbre et des haies, la commune d’Azay-le-Brûlé et Sylvain Houllier qui s’investit tant dans les Rencontres Sylvagraires nous propose un ciné rencontre vendredi 10 février au Foyer rural de Cerzeau.

Ce  documentaire  a  poussé  dans  le  bocage  brayon,  en  Normandie,  et  à  travers lui,  c’est l’histoire d’hommes d’hier et d’aujourd’hui qui vous est proposée. C’est la main de l’homme qui a façonné, à travers les siècles, ce paysage qui a vu sa pleine expansion au dix-huitième siècle.  Aujourd’hui,  ce  sont  les  mêmes  hommes  qui  tentent  de  préserver  le  bocage  et  la richesse écologique qui en découle…    Lire la suite

Share Button

Les trembles de Mende, Lozère

Dominant le foirail, ces deux trembles sont les arbres les plus remarquables de la petite préfecture lozérienne. Deux magnifiques exemplaires qui devraient redonner du prestige à cette espèce oubliée de nos blogs arboricoles.
Ils dégagent une beauté singulière, qu’il convient d’apprécier d’autant plus qu’ils sont les derniers survivants d’un petit arboretum disparu en 2013.

Lire la suite

Share Button

« Le St Georges », l’autre chêne liège de La Londe-les-Maures (Var)

Pour les fidèles lecteurs du Krapo arboricole, la simple évocation de La Londe-les-Maures devrait immédiatement vous rappeler un chêne liège absolument hors norme, probablement le plus spectaculaire en France.
Pourtant, le chêne liège du Pas du Cerf n’est pas la seule pépite arboricole de cette petite commune varoise. Il en existe un autre, tout aussi grandiose, qui trône depuis plusieurs centaines d’années dans une plaine viticole.

Lire la suite

Share Button

Les douglas du viaduc des Farges (Meymac, Corrèze) sont-ils toujours dans la course ?

Dans la course au titre prestigieux du « Plus Haut Arbre de France », le PHAF, les douglas des Farges sont de très sérieux concurrents. Ils sont même la fierté du Limousin et de toute la partie ouest du Massif-Central. Ce peuplement est bien connu des forestiers et son caractère remarquable a été identifié dès les années 80. A cette période, les douglas du Viaduc des Farges avaient la réputation d’être les plus grands de France.
Mais d’autres candidats sur le versant Est du Massif-Central se sont révélés également particulièrement talentueux ces dernières années.

Les plus hauts douglas de France sont-ils toujours à Meymac ?


Petit résumé des épisodes précédents « A la recherche du PHAF » :

C’est au début des années 2000 que des rumeurs sur des hauteurs hallucinantes commencent à circuler. Les sapins présidents des Vosges et du Jura culminant à 50m de hauteur n’impressionnent plus les forestiers. De nouveaux challengers ont pris le relais. Tous les regards se portent désormais sur les résineux nord américains introduits dans les années 1880 sur notre territoire. En 2010, la barre mythique des 60m est officiellement franchie avec les deux géants de la Foux dans l’Aigoual : deux Abies Grandis mesurés entre 62 et 63m (difficulté depuis le sol d’obtenir une mesure précise). Malheureusement, ils ne se remettront pas de la sécheresse de 2003 et seront abattus pour des raisons de sécurité en juin 2013. En décembre 2010, l’ONF annonce qu’un douglas situé au barrage du Chartrain à Renaison (Loire) a été mesuré à 64m et prend le titre du PHAF. Cette mesure est confirmée en 2014 par l’équipe d’Enquête d’Arbres : le plus haut arbre de France culmine à 66,44m (mesure effectuée par grimpage). Dans le Beaujolais voisin, les sept douglas géants de Claveisolles (Rhône) pouvaient aussi légitiment prétendre au titre. Mais finalement leur hauteur flirte à peine avec les 55m (mars 2015). Du côté du Morvan, les deux douglas de Chantalouette à Gibles restent assez éloignés de la barre mythique des 60m avec respectivement 52m et 50,5m de hauteur (mai 2016). Dans le massif vosgien, le célébrissime Douglas de Ribeauvillé est suivi de longue date. Différentes mesures l’annonçaient depuis quelques années à plus de 60m. Une mesure récente effectuée par grimpage annonce une hauteur précise de 60,5m. Dernièrement, la surprise aurait pu venir aussi du Béarn lorsque Dominique nous a dévoilé ses géants. Mais pour le moment aucun douglas béarnais ne dépasse les 50m (un potentiel qui mériterait d’être mieux exploré) et la surprise vient surtout des espèces feuillues avec notamment des hauteurs voisines de 50m pour des platanes Palois.


Lire la suite

Share Button